AVIS

Les piscines du Centre aquatique sont fermées pour une durée intéderminée. En savoir plus...

Services aux citoyens - Environnement - Radon

Radon

Partagez

Qu’est-ce que le radon?

Le radon est un gaz radioactif inodore et incolore qui provient de la dégradation de l’uranium naturellement présent dans la croûte terrestre. À l’extérieur des maisons, le radon est dispersé et dilué à des concentrations très faibles. Cependant, il peut s’infiltrer dans les bâtiments par différentes ouvertures dans les fondations comme les vides sanitaires, les fissures de la dalle ou des murs des fondations, les raccords de tuyauterie, etc. Puisqu’il est plus lourd que l’air, il s’accumule principalement dans les pièces les plus basses et les moins ventilées, notamment le sous-sol en hiver.

Source : Ressources naturelles Canada

Le radon pénètre dans les poumons avec l’air que l’on respire. Les grandes organisations et les agences de santé internationales ont reconnu que le radon est un agent cancérogène.

Le risque de cancer du poumon lié au radon augmente avec :

  • la concentration du radon : plus une personne est exposée à une concentration élevée de radon, plus son risque de cancer augmente;
  • la durée de l’exposition au radon : le risque de cancer augmente pour une personne qui est exposée au radon pendant plusieurs dizaines d’années;
  • le tabagisme : les fumeurs exposés au radon ont plus de risques d’avoir un cancer du poumon que les non-fumeurs.

Le radon ne cause pas :

  • de troubles respiratoires, comme la bronchite chronique et l’emphysème;
  • d’allergies;
  • d’asthme;
  • de malformations congénitales

Si vous fumez, la première chose à faire pour vous protéger contre le cancer du poumon dû au radon est de cesser de fumer. C’est la façon la plus rapide et la moins coûteuse de diminuer le risque de cancer du poumon associé au radon. En effet, une personne qui s’expose à la fois à la fumée du tabac et au radon augmente de beaucoup ce risque.

Source : Gouvernement du Québec

Une enquête réalisée de 2009 à 2011 par Santé Canada a révélé qu’il n’existe pas de région sans radon au Canada. Le secteur de Mont-Saint-Hilaire a été qualifié de non prioritaire relativement aux résultats de l’analyse des mesures de détection du radon dans les résidences privées, effectuée par l’Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, en juillet 2009.

Bien que la situation ne soit pas alarmante sur le territoire et que la gestion du phénomène ne relève pas d’une compétence municipale, la Ville demeure proactive dans ce dossier et  soucieuse de la santé de ses citoyens. Elle avait mandaté, à l’automne 2009, une firme externe afin d’élargir la zone d’étude à l’ensemble du territoire hilairemontais et ainsi compléter le portrait de la situation. Cette étude s’est terminée à l’automne 2010. Des décisions ont été prises et communiquées à la population dans les mois qui ont suivi. Pour connaître les résultats de cette étude, consultez l’extrait du bulletin municipal HORIZON – édition mars 2011.

La quantité présente dans une maison dépend du sol sur lequel elle est construite, mais aussi de la qualité de la construction de la résidence, de la ventilation, etc. Le seul moyen de savoir s’il y a du radon dans une habitation est de le mesurer à l’aide d’un appareil appelé dosimètre. On ne peut se fier aux résultats obtenus pour des propriétés voisines puisque la concentration peut varier grandement d’un bâtiment à l’autre. Il est conseillé d’effectuer cette mesure pendant une période d’au moins 3 mois en période hivernale.

Il est possible de se procurer un dosimètre dans certains magasins à grande surface ou en le commandant sur le site de l’Association pulmonaire du Québec, qui offre des dosimètres certifiés et approuvés par Santé Canada au prix de 45$. Après la période d’exposition, l’appareil doit être emballé et posté au laboratoire d’analyse qui se charge de faire la lecture et de transmettre le résultat au propriétaire au bout de quelques semaines.

Le radon se mesure en becquerels par mètre cube d’air (Bq/m³).

La directive canadienne sur le radon dans l’air intérieur est de 200 Bq/m³.

Santé Canada recommande de prendre des mesures correctives lorsque la concentration moyenne annuelle de radon d’une habitation dépasse les 200 Bq/m³ dans les espaces occupés plus de quatre heures par jour par une même personne. Si c’est le cas dans votre maison, vous devez donc prendre des mesures pour réduire votre exposition au plus bas niveau que vous pouvez raisonnablement atteindre, que vous soyez fumeur ou non.

Puisque le radon présente un risque à long terme, le délai d’action dépendra de la concentration mesurée.

Vous obtiendrez de meilleurs résultats en appliquant plus d’une mesure corrective. Par exemple, vous pouvez :

  • colmater les fissures de la fondation;
  • sceller les ouvertures en contact avec le sol;
  • vous assurer que les puisards sont couverts et ventilés vers l’extérieur;
  • améliorer la ventilation de votre maison, particulièrement au sous-sol.

Si les concentrations de radon dans l’habitation sont très élevées, ces mesures ne suffiront peut-être pas, car elles n’empêchent pas complètement l’infiltration du radon. Dans ce cas, il faut faire appel à un entrepreneur qualifié. Celui-ci installera un système qui permet d’évacuer le radon présent sous les fondations avant que celui-ci pénètre dans les espaces habitables du bâtiment.

Pour trouver un entrepreneur qualifié, vous pouvez consulter la liste disponible sur le site du Programme national de compétence sur le radon au Canada (PNCR-C) de Santé Canada. Certains entrepreneurs recommandés CAA-Québec, bien qu’ils ne soient pas encore certifiés dans le cadre de ce programme, ont également suivi une formation sur le radon donnée par l’entremise de Santé Canada depuis 2009.

Avant de construire une maison, il est impossible de prévoir si celle-ci présentera des concentrations élevées de radon. Heureusement, des mesures de protection contre l’infiltration de gaz souterrains peuvent être prises par l’entrepreneur au cours du processus de conception des plans et de construction pour atténuer la quantité de radon qui s’infiltre dans la maison et faciliter l’installation d’un système d’élimination du radon une fois la maison construite. Ces mesures sont définies par le Code de la construction du Québec – chapitre 1 et le Code national du bâtiment 2010, partie 9.

La Ville de Mont-Saint-Hilaire soutien la campagne de l’Association pulmonaire du Québec